C’était il y a déjà trois ans. 2016 a été un millésime particulièrement fou pour la Vallée de la Loire et les raisins de François Chidaine. Le gel au printemps suivi par la grêle ont fait perdre au vigneron, 90% de sa récolte. Je ne vous fait pas un dessin : quand vous êtes vigneron et que vous n’avez plus de raisin, il y a comme qui dirait un couac dans l’équation. 2017 n’a pas été plus clément et c’est un bis repetita. 2016 et 2017, ont donc été l’occasion malheureuse de deux cuvées insolites et inédites.

Pour la pérennité du domaine et pour répondre à la demande de ses clients, François Chidaine n’a d’autre choix que de trouver un plan B, mais pas n’importe lequel : un plan B qui lui ressemble.

Un plan B, question de survie

Et qu’à cela ne tienne ! Il trouve des raisins, qui plus est des chenins, le cépage phare du domaine, qu’il destine à une cuvée toute spéciale. Des chenins oui, mais peut être pas ceux que vous imaginez. En effet ce cépage est couramment vinifié dans la région de la Vallée de la Loire, il est même devenu un étendard de la région. Et pourtant, la provenance de ses raisins est tout autre. François Chidaine est allé dénicher des grappes à pas moins de 600 km de là, à Limoux.

C’est à ce moment que naissent les cuvées Chenin d’Ailleurs, l’une en vin tranquille, l’autre en pétillant. Assemblage de raisins venus de trois terroirs différents, entre climat méditerranéen, climat océanique et climat d’altitude (les vignes sont situées entre 200 et 300 m au dessus du niveau de la mer), ces cuvées sont pourtant clairement estampillées de la patte du vigneron de Montlouis-sur-Loire.

Des cuvées qui baladent

Après des vendanges manuelles sur des terroirs en bio pour la plupart, ou en conversion, les raisins ont été pressés sur place dans le Limoux. À ce stade on a donc du jus de raisin, à Limoux. Mais le but est qu’il se retrouve à Montlouis-sur-Loire. Il a donc fallu organiser le transport frigorifié bien entendu, et ce en moins de 24h (sous peine de commencer les fermentations en cours de transport et de ne pouvoir bichonner les jus comme il se doit).
Une fois arrivés à bon port, les jus ont été transférés dans des demi-muids où s’est déroulé la fermentation alcoolique.
La seconde fermentation, qu’on appelle malo-lactique, n’est pas souhaitée ici. Cette dernière confère d’ordinaire plus de stabilité aux vins mais lui retire aussi un bon peu d’acidité. On peut imaginer que vu la provenance des raisins : des terroirs méridionaux, plus chauds que ceux de la Vallée de la Loire, on se soit bien gardé de soustraire de la vivacité à ces jus.
Et puis pour parfaire cette confection inédite, un élevage de 9 mois sur lies fines vient apporter au vin, consistance et structure.

In fine en dégustation, on retrouve à la fois la tension du cépage ainsi que ses arômes de pomme Granny, une touche de minéralité et une finale sur la fraîcheur des agrumes. On le déguste avec plaisir sur un fromage de chèvre frais ou un poisson grillé.

Une belle réussite et une jolie histoire qu’on a à cœur de partager, pour cette cuvée solidaire (les remerciements font foi sur la contre-étiquette !), qui montre aussi la détermination d’amoureux du vin… et du chenin !

INFOS PRATIQUES

Ouverte de la Cave Insolite toute l’année, sur les bords de Loire
Du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h30 à 19h.

Adresse

30 quai Albert Baillet
37270 Montlouis-sur-Loire

Téléphone - Fax

Tél : 02 47 45 19 14
Fax : 02 47 45 19 08

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *